jeudi 15 mars 2012

Saint Longin

 Saint Longin perçant le flanc du Christ de sa lance, Fra Angelico (1395–1455) Museo di San Marco, Florence L'œuvre d'art représentée dans cette image et sa reproduction sont dans le domaine public mondialement.

Longin fut le centurion qui, debout avec les soldats près de la croix, par l’ordre de Pilate, perça le côté du Sauveur avec une lance. En voyant les miracles qui s'opéraient, le soleil obscurci et le tremblement de terre, il crut en surtout depuis l’instant où, selon le dire de certains auteurs, ayant la vue obscurcie par maladie ou par vieillesse, il se frotta les yeux avec du sang: de N.-S., coulant le long de sa lance, car il vit plus clair tout aussitôt.

 Confession de Saint Longin James Joseph Jacques Tissot (1836–1902) entre 1886 et 1894 aquarelle opaque sur graphite sur papier vélin gris Brooklyn Museum Cette image est dans le domaine public car son copyright a expiré.

Renonçant donc à l’état militaire, et instruit par les apôtres, il passa vingt-huit. ans dans la vie monastique à Césarée de Cappadoce, et convertit beaucoup de monde à la foi par sa parole et ses exemples. Ayant été pris par le gouverneur et refusant de sacrifier, le gouverneur lui fit arracher toutes les dents et couper la langue*. Cependant Longin ne perdit pas l’usage de la parole, mais saisissant une hache, il brisa toutes les idoles en disant : « Si ce sont des dieux, nous le verrons. » Les démons étant sortis des idoles, entrèrent dans le gouverneur et tous ses compagnons: Alors se livrant à toutes sortes de folies, et sautant comme des chiens, ils vinrent se prosterner aux pieds de Longin qui dit aux démons : « Pourquoi habitez-vous dans les idoles? » Ils répondirent : « Là où le Christ n'est pas nommé ni son signe placé, là est notre habitation. »
 
 Icône de Saint Longin 1680 http://www.agiograf.globalfolio.net/gallery/longinus/03long.htm Cette image est dans le domaine public car son copyright a expiré.

Or, quand le gouverneur furieux, eut perdu la vue, Longin lui dit : « Sache que tu ne pourras être guéri qu'après m’avoir tué. » Aussitôt en effet que j'aurai reçu la mort de ta main, je prierai pour toi et t'obtiendrai la santé du corps et de l’âme. » Et à l’instant le gouverneur lui fit trancher la tête; après quoi, il alla, près de son corps, se prosterna avec larmes et fit pénitence. Aussitôt il recouvra la vue avec la santé et finit sa vie dans la pratique des bonnes œuvres.
* Adon, au 1er septembre, indique la fête de saint Longin qui a percé le côté de Jésus-Christ.
* Adon, ibid.


La légende dorée

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire